Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Articles de Domoina Ratovozanany

Partage les articles publiés par Domoina Ratovozanany dans les médias

Accord de Paris Les industries malgaches appelées à transiter vers le « vert » - Expansion Magazine, édition n°01 janvier-février 2016

Publié le 29 Février 2016 par Domoina Ratovozanany in Renewable Energy Tracker, Environnement

La COP 21, 21ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, s’est achevée avec un jour de retard, le 12 décembre, par un moment historique dans l’histoire moderne : l’adoption d’un accord historique sur le climat. Historique non seulement dans la mesure où l’accord a été adopté par 195 pays, mais surtout parce qu’il concrétise le début d’une révolution socioéconomique au niveau planétaire, la fin des combustibles fossiles et la transition vers les énergies renouvelables.

Dans les négociations climatiques onusiennes, Madagascar fait partie des pays en développement, plus précisément de trois groupes : le groupe africain, le groupe des pays les moins avancés (PMA) et le groupe G77+Chine.

En tant que pays en développement, Madagascar n’a pas une obligation contraignante de réduire ses émissions en gaz à effet de serre ni à rehausser ses ambitions dans la Contribution prévue déterminée nationale (CPDN) que le gouvernement a soumis le 24 septembre 2015 sur le site Web de la Convention des Nations Unies sur le changement climatique (CNUCC). La réalisation du plan d’action que le pays a soumis est fondamentalement conditionnée par la disposition de moyens financiers.

L’Accord de Paris a néanmoins souligné quelques décisions qui auront certainement des effets sur l’avenir de la Grande île. Primo, le texte considère dans son préambule « la nécessité de promouvoir l’accès universel à l’énergie durable dans les pays en développement, en particulier en Afrique, en renforçant le déploiement d’énergies renouvelables ». Secundo, dans l’article 2 relatif aux décisions visant à donner effet à l’Accord, la priorisation du soutien aux pays les moins avancés est mise en exergue concernant l’adaptation et le financement pour la mise en œuvre de l’Accord.

Pendant la COP 21, le gouvernement malgache a, par ailleurs, signé quelques déclarations importantes, notamment la déclaration du Forum de la vulnérabilité Climate Vulnerable Forum (CVF), regroupant les pays vulnérables aux changements climatiques qui ont insisté avoir besoin d’une température mondiale en-dessous de 1,5°C pour survivre et d’une planète alimentée par 100% d’énergies renouvelables en 2050.

Ces différents éléments signifient un challenge impératif et un grand nombre de nouvelles opportunités de marché pour les industries malgaches à l’horizon 2030. Les investissements en énergies renouvelables dans l’accès à l’électricité et à l’eau s’accroîtront dans les années à venir, aussi bien pour l’ensemble de la population que pour les entreprises, dans la Grande île. Parallèlement, le mode de consommation « vert » se développera au sein de la population malgache, ainsi que les produits et services y afférents (moyens de transport, immobilier, alimentation, vêtements, etc.). Enfin, l’agriculture écologique et la vente de stock carbone connaitront également un essor significatif.

Domoina Ratovozanany

Climate Tracker COP 21 Fellow du projet Adopt A Negotiator

Accord de Paris Les industries malgaches appelées à transiter vers le « vert » - Expansion Magazine, édition n°01 janvier-février 2016

ENGLISH VERSION

Paris Agreement

Malagasy industries called to go green


COP 21, 21st UN Conference on Climate Change, ended with a day late, on 12 December, by a historical moment in modern history: the adoption of an historic climate agreement. History not only to the universality that the agreement was adopted by 195 countries, but because it embodies the beginning of a socio-economic revolution on a global level, the end of fossil fuels and the transition to renewable energy.


In UN climate negotiations, Madagascar is one of the developing countries, specifically by three groups: the African Group, the group of least developed countries (LDCs) and the G77 + China group.
As a developing country, Madagascar has not a binding obligation to reduce emissions of greenhouse gases nor enhance its ambitions in the Intended national determined contribution (INDC) that the government submitted on 24 September 2015 on the website of the United Nations Convention on climate change (UNFCCC). The implementation of the action plan that the country has submitted is basically conditioned by the provision of financial resources.


The Paris Agreement has nevertheless highlighted some decisions that certainly will affect the future of the Great Island. First, consider the text in its preamble «the need to promote universal access to sustainable energy in developing countries, particularly in Africa, strengthening the deployment of renewable energy." Second, in Article 2 on decisions to give effect to the Agreement, the priority of support to the least developed countries is highlighted on adaptation and funding for the implementation of the Agreement.


During the COP 21, the Malagasy government has also signed some important statements, including the statement of the Climate Vulnerable Forum (CVF), bringing together the countries vulnerable to climate change to stress the need for a global temperature below 1.5 ° C in a world powered by 100% renewable energy by 2050 to survive.


These different elements mean an imperative challenge and many new market opportunities for Malagasy industries by 2030. The renewable energy investments in access to electricity and water will increase in the next years, both for the general population and businesses in the Great Island. Moreover, the "green" mode of consumption will grow in the Malagasy population, as well as products and related services (transport, real estate, food, clothing, etc.). Finally, ecological agriculture and the sale of carbon stock also will experience significant growth.


Domoina Ratovozanany
Climate Tracker COP 21 Fellow of the Adopt A Negotiator proje
ct

Commenter cet article